Définir le “politiquement correct”


      Entretien avec Vladimir Volkoff réalisé par Marc Vitellio.

      Vladimir Volkoff, disparu l’an dernier, était un écrivain (romancier, essayiste, dramaturge…) français d’origine russe. Ancien officier du renseignement, sa spécialité littéraire est la désinformation, domaine dans lequel il est passé maître. Il laisse entre autres, derrière lui, une pléiade de livres dédiés aux thèmes de la manipulation, l’intoxication par l’image ou le langage.

      Marc Vitellio – Quelle est votre définition du «politiquement correct»?

      Vladimir Volkoff – Le politiquement correct tel que nous le connaissons actuellement représente l’entropie de la pensée politique. En tant que tel, il est impossible de le définir puisqu’il manque d’un véritable contenu. Son fondement est celui du « tout se vaut ». En lui, nous rencontrons les restes d’un christianisme dégradé, d’un socialisme revendicatif, d’un économisme marxiste, et d’un freudisme en permanente rébellion  contre la morale du moi. Si nous comparions les fondations du communisme à une explosion atomique, nous dirions que le politiquement correct constitue le nuage radioactif qui vient après l’hécatombe.

      Marc Vitellio – En quoi consiste le “politiquement correct”?

      Vladimir Volkoff – Le politiquement correct consiste en l’observation de la société et de l’histoire en termes manichéens. Le politiquement correct représente le bien et le politiquement incorrect représente le mal. Le summum du bien consiste en respecter les choix et la propre tolérance des autres, à condition que ces choix ne soient pas politiquement incorrects ; le summum du mal se trouve dans les données qui ont précédé ce choix,  qu’elles soient de caractère ethnique, historique, social, moral et même sexuel, et même dans les malheurs humains. Le politiquement correct  ne se soucie pas de l’égalité des opportunités de chacun au départ, mais de l’égalitarisme des résultats à l’arrivée.

      Marc Vitellio – Qui l’a inventé?

      Vladimir Volkoff – Personne n’a inventé le politiquement correct : il naît comme conséquence de la décadence de l’esprit critique de l’identité collective, qu’elle soit sociale, nationale, religieuse ou ethnique.

      Marc Vitellio – Qui le pratique?

      Vladimir Volkoff – Le politiquement correct est d’usage courant parmi les intellectuels expatriés, mais comme il est contagieux, il est normal que d’autres personnes soient contaminées sans qu’elles en soient conscientes.

      Marc Vitellio – Comment pouvons-nous nous désintoxiquer ?

      Vladimir Volkoff – La désintoxication est difficile, dans la mesure où nous vivons dans un monde dans lequel les média (et le mot média est, en soi, un barbarisme politiquement correct) ont acquis une importance démesurée et sont précisément les responsables de la contagion massive. Le premier remède consiste en la prise de conscience de ce que le politiquement correct existe et circule par-dessus tout à travers notre propre vocabulaire. Le second, ce serait de prendre conscience que le « je » fait partie d’un « nous » et que ce « nous » se doit de protéger ce « je » contre le « on dit que… » politiquement correct. Le troisième remède consiste à mettre en pratique cette conscience, de renoncer à toute terminologie politiquement correcte et aux idéologies sur lesquelles elle s’appuie. Par exemple, il faut dire « avortement » au lieu de « interruption volontaire de grossesse », « sourd » au lieu de « mal entendant », « vieux » au lieu de « personne du troisième âge »,  « sauvageon » au lieu de « inadapté social ».  Pas tours le « enseignants » est un « maître ».

      Marc Vitellio – Quels sont les ravages produits par le «politiquement correct» ?

      Vladimir Volkoff – Ils consistent fondamentalement en confondre le bien et le mal, sous le prétexte que tout est discutable.

      Marc Vitellio – A part la nation, quelles les sont les cibles de prédilection du « politiquement correct » ?

      Vladimir Volkoff – Ses cibles de prédilection sont la famille, les traditions et, surtout, la croyance en lui [le politiquement correct], puisque pour le politiquement correct il n’y a qu’une seule vérité et le reste est faux.

      Marc Vitellio – Avez-vous l’impression que la France est l’un des pays les plus touchés par le «politiquement correct» ?

      Vladimir Volkoff – Le politiquement correct est supranational comme toutes les maladies. Si nous sommes en position d’affirmer qu’il est né dans des universités américaines bien précises, il n’est pas moins sûr qu’il s’est répandu rapidement sur toute la planète. Peut-être que dans les pays de tradition chrétienne-orthodoxe, il résiste de mieux en mieux à cette épidémie, probablement en réaction à la propagande communiste,  peut-être grâce à la foi religieuse elle-même. Nous l’avons vu récemment avec les cas de la Serbie et de la Russie.

      Marc Vitellio – Comment détecter une personne «politiquement correct» ?

      Vladimir Volkoff – Une personne politiquement correcte se considère elle-même comme tolérante, mais ne pratique pas la tolérance.

      Marc Vitellio – Comment éviter la contamination ?

      Vladimir Volkoff – Il est vrai que le politiquement correct nous guette et se présente toujours avec des arguments innocents et d’assimilation facile. Il faut tenter de lui refuser son innocence et de répudier cette facilité d’assimilation. Il est nécessaire,  de la même manière, de se prémunir contre le mimétisme de parler comme les autres. Je le répète au risque de paraître lourd, le vocabulaire politiquement correct est le principal vecteur de contagion. En n’importe quel cas, il faut affirmer que le politiquement correct est de faible foi et que, comme telle, il ne résiste pas à une énergique application de l’esprit critique. Il ne faut pas être soumis aux sentiments et opinions généralisés : l’esprit de contradiction le plus obtus vaut toujours mieux que l’acceptation libérale de la pâture médiatique.

      Marc Vitellio – Selon vous, quelles peuvent être les conséquences à court et moyen terme du triomphe du « politiquement correct » ?

      Vladimir Volkoff – Le politiquement correct prépare un terrain de forme idéale pour les opérations de désinformation et pour l’expansion de la mondialisation. Quand tout le monde croira que les vérités peuvent être l’objet de truquages,  qu’il n’existe ni vérités ni mensonges, le monde sera préparé à recevoir la même propagande, à participer de la même pseudo-opinion publique fabriquée pour la consommation universelle. Et cette  pseudo-opinion publique acceptera n’importe quelle action, même les plus brutales (comme nous l’avons vu lors des récents bombardements sur Belgrade), qui indéfectiblement iront au bénéfice des manipulateurs.

      Notes

      1. Quelques ouvrages de Vladimir Volkoff, sur la manipulation de l’information: “Le Montage” (roman. Grand Prix du Roman de l’Académie Française 1982), “La Désinformation, arme de guerre“, “Petite histoire de la désinformation”, “Désinformation, flagrant délit”, “Manuel du politiquement correct” e “La désinformation par l’image”.

      2. Traduction (espagnol) La Catastrophe Internationale.

      Source

      1. Foster 20

This entry was posted in Beyond Science and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Définir le “politiquement correct”

  1. Thank you for the auspicious writeup. It actually was a
    amusement account it. Glance complicated to far brought agreeable from you!
    However, how can we keep up a correspondence?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s