La lutte contre l’alcoolisme


 

Une étude confirme l’intérêt du baclofène pour combattre l’alcoolisme.

Une étude préliminaire conduite par des médecins français a démontré l’efficacité du baclofène à très fortes doses contre la dépendance à l’alcool, ouvrant ainsi la voie à un essai clinique pour évaluer précisément l’utilisation de ce relaxant musculaire pour traiter l’alcoolisme. L’étude préliminaire a été publiée dans la revue scientifique Alcohol and Alcoholism [accès payant] par un groupe de médecins dont les professeurs Philippe Jaury (université Paris-Descartes) et Renaud de Beaurepaire (centre hospitalier Paul-Giraud), l’un des premiers à avoir prescrit du baclofène à fortes doses en France.

 

Un taux de réussite de 58%

Le baclofène est un médicament ancien, initialement prescrit en neurologie, mais de plus en plus utilisé en France, hors autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le traitement de la dépendance à l’alcool. Sa popularité a explosé en 2008 avec la publication du livre Le Dernier Verre, d’Olivier Ameisen.Ce cardiologue, devenu alcoolique, y racontait son auto-expérimentation du médicament et comment, pris à de très fortes doses, il avait supprimé son envie de boire, le “craving”.

L’étude des médecins français a inclus 181 patients, gros consommateurs d’alcool. Une évaluation n’a finalement été possible que pour 132 d’entre eux. Après une année de traitement avec le baclofène, 80 % de ces 132 patients étaient devenus soit abstinents (78), soit consommateurs modérés (28). En considérant comme “échecs” les patients “perdus de vue”, c’est-à-dire pour qui l’évaluation complète n’a pas pu être possible, le taux de succès atteint 58 %. Bien au-dessus du taux de réussite moyen, estimé entre 20 et 25%, au bout d’un an de traitement avec les principaux médicaments aujourd’hui utilisés, le naltrexone et l’acamprosate.

 

Un essai clinique pour 320 patients

Cette étude préliminaire permet également d’asseoir le protocole d’un essai clinique comparatif qui devrait démarrer en mai 2012 et se terminer fin 2013. Ce nouvel essai “en double aveugle, randomisé, contre placebo” sera piloté par le Pr Jaury et mobilisera 60 médecins investigateurs. Il inclura 320 patients alcooliques suivis sur une année, divisés en deux groupes, l’un prenant du baclofène, l’autre un placebo. Un essai financé en grande partie par la Sécurité sociale (750 000 euros) et pour le reste “par un particulier, un mécène”, précise le Pr Jaury. Soit un 1,2 million au total.

En mai 2011, Philippe Jaury présentait lors d’un colloque sur le baclofène les premiers résultats de son étude préliminaire.

 

Source

1. Le Monde

 

About these ads
This entry was posted in Health and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s