Comment je me suis libéré de l’enfer d’Auschwitz


Par Samuel Pisar*

      l y a soixante-cinq ans, jour pour jour, les soldats russes du maréchal Joukov libéraient Auschwitz, pendant que les armées alliées, sous le commandement du général Eisenhower, s’approchaient de Dachau. Pour un rescapé de ces deux enfers, d’être encore vivant et bien portant, avec une nouvelle et heureuse famille qui ressuscite pour moi celle que j’ai perdue, est franchement un peu surréaliste. Quand je suis entré, en 1943, à 13 ans, dans le sinistre abattoir d’Eichmann et de Mengele, je mesurais mon espérance de vie en termes de jours, de semaines tout au plus.

      En plein hiver 1944, la tuerie à Auschwitz atteignait son paroxysme, engouffrant Juifs, bien sûr, mais aussi Tziganes, dissidents politiques, prisonniers de guerre, résistants ou homosexuels. Ailleurs, tout le monde sentait déjà que la seconde guerre mondiale touchait à sa fin. Mais nous, dans les camps, nous ne savions rien.

      Nous nous demandions : qu’est-ce qui se passe dans le monde extérieur ? Où est Dieu ? Où est le pape ? Est-ce que quelqu’un là-bas sait ce qui nous arrive ici ? S’en préoccupent-ils ?

      Pour nous, coupés du monde, la Russie était quasi défaite. L’Angleterre se battait, le dos au mur. Et l’Amérique ? Elle était si loin, si divisée. Comment pouvait-elle sauver notre civilisation face aux forces invincibles du mal absolu, avant qu’il ne soit trop tard?

      La nouvelle du débarquement allié en Normandie mit longtemps à pénétrer jusqu’à nous, à Birkenau. Les rumeurs que l’Armée rouge avançait sur le front de l’Est semblaient aussi trop belles pour être vraies. Mais, alors que le sol se dérobait sous leurs pieds, la nervosité de nos geôliers devenait de plus en plus palpable. Les chambres à gaz vomissaient à présent feu et fumée, plus que jamais.

      Un matin gris et glacial, nos gardes nous ordonnent de nous aligner, leurs chiens sauvages à l’appui, et nous chassent à travers le maudit portail du camp, avec son slogan tristement célèbre : “Arbeit macht frei” (“Le travail rend libre”). Ceux parmi nous qui étaient encore aptes aux travaux forcés seraient évacués vers le cœur de l’Allemagne. J’étais ivre d’anticipation. Le salut semblait si proche, et encore si loin. A la dernière minute, ils vont certainement nous tuer tous. La solution finale doit être achevée. Les derniers témoins vivants doivent être liquidés. Comment tenir un peu plus longtemps ? J’avais 15 ans, à présent, et je voulais vivre.

      Nos marches de la mort, d’un camp vers l’autre, continuaient jusqu’à ce que nos tortionnaires et nous commencions à entendre des explosions distantes, qui ressemblent au feu de l’artillerie. Un après-midi, nous sommes rasés par une escadrille de chasseurs alliés, nous prenant pour des fantassins de la Wermacht. Pendant que les SS se jettent à terre, leur mitrailleuses tirant dans tous les sens, quelqu’un près de moi hurle : “Fuyez !” J’arrache mes sabots de bois et m’élance désespérément vers la forêt. Là, je me cache, avec quelques camarades, pendant des semaines, jusqu’à ma libération par une compagnie de GI américains. Oui, le miracle s’est produit. Je suis libre. Mon calvaire, mon duel acharné avec le destin est terminé. Mais pourtant ce n’est pas encore le happy end. Soudain, je me trouve face à un insupportable moment de vérité. Je prends conscience du fait que je suis irrévocablement seul. Que je suis l’unique survivant d’une grande famille. Que tous les garçons et filles de mon école – littéralement tous – ont également été exterminés, avec le million et demi d’enfants qui ont péri dans l’Holocauste. Tous ces enfants qui n’ont pas vécu, ces écrivains qui n’ont pas écrit, ces musiciens qui n’ont pas joué, ces savants qui n’ont pas inventé, et qui auraient tant enrichi notre monde.

      Et moi, que vais-je devenir ? Où vais-je aller ? Ma ville natale, Bialystok, est une ruine, occupée par les Soviétiques. Y a-t-il un lieu sur cette terre où je pourrai me sentir chez moi ? Il n’y avait pas encore d’Israël à cette époque ; et le mandat britannique avait scellé les frontières de la Palestine aux émigrants Juifs. Je m’empare d’une puissante moto que j’ai piquée dans une caserne allemande. Je parcours jour après jour les autoroute de Bavière comme un fou, à une vitesse inouïe, souvent avec une fraulein à l’arrière. Je fais du marché noir, achetant des cigarettes aux soldats américains pour les troquer contre de la nourriture et de l’alcool. Bref, je dérape vers l’autodestruction.

      C’est à ce moment-là que ma tante française, Barbara, la sœur de ma mère, et son mari, Léo Sauvage, journaliste et correspondant de guerre – eux-mêmes sauvés par les Justes de Chambon-sur-Lignon – me récupèrent des décombres de l’Allemagne. Ils m’amènent à Paris, où je goûte la vraie liberté pour la première fois. Six mois plus tard, je suis expédié aux antipodes, en Australie, pour oublier et me remettre de l’Europe sanguinaire et fratricide de mes cauchemars. Et là commence ma longue et difficile réhabilitation. Peu à peu, je me tourne vers l’avenir. Je comprends que survivre physiquement ne suffit pas. Qu’il me faut survivre moralement, spirituellement et intellectuellement aussi. Que la destruction pratiquée par le IIIe Reich sur moi et sur mon peuple doit s’arrêter.

      C’est avec une détermination sans bornes que je recommence à pomper mon adrénaline. Cette fois, dans une toute autre dimension, mais avec la même énergie du désespoir, comme si ma vie en dépendait à nouveau. Je rattrape rapidement les six années de scolarité perdue. Et par la suite, les universités de Melbourne, de Harvard et de la Sorbonne font le reste. A 25 ans, à peine neuf ans après ma libération, je suis attaché aux Nations unies à New York, puis conseiller juridique au cabinet du directeur général de l’Unesco. C’est la rage de vivre, d’apprendre et de créer qui m’a porté des bas-fonds de la condition humaine vers quelques-uns de ses sommets.
      La journée internationale établie par les Nations unies pour commémorer la Shoah est un important relais pour la transmission de la mémoire vers l’humanité, qui en a tant besoin. Mais nous devons non seulement pleurer les morts, mais aussi avertir les vivants contre les nouvelles catastrophes qui nous guettent tous.

      Aujourd’hui, nous, les derniers survivants de la plus grande catastrophe jamais perpétrée par l’homme contre l’homme, disparaissons les uns après les autres. Bientôt, l’Histoire va se mettre à parler, au mieux, avec la voix impersonnelle des chercheurs et des romanciers. Au pire, avec celle des négationnistes, des falsificateurs et des démagogues qui prétendent que la Shoah est un “mythe”. Ce processus a déjà commencé. C’est pourquoi nous avons un devoir viscéral de partager avec nos prochains la mémoire de ce que nous avons vécu et appris dans la chair et dans l’âme. C’est pourquoi nous devons alerter nos enfants, Juifs et non-Juifs, que le fanatisme et la violence qui se répandent dans notre monde à nouveau enflammé, peuvent détruire leur univers comme ils ont jadis détruit le mien.

      La fureur du tremblement de terre en Haïti, qui a emporté plus de cent cinquante mille vies, nous apprend combien la nature peut être cruelle avec l’homme. La Shoah, qui a décimé un peuple entier, nous a appris que la nature, même dans ses moments les plus cruels, est bénigne par rapport à l’homme quand il perd sa raison et ses repères moraux. Après les torrents de sang versé, un élan de compassion et de solidarité pour les victimes, toutes les victimes – soient-elles les victimes de catastrophes naturelles, de haine raciale, d’intolérance religieuse ou de violence terroriste – un fragile espoir surgit parfois ici ou là. Il est difficile de cerner le potentiel pour l’avenir de ces sentiments généreux. Entre-temps, divisés et confus, nous hésitons, nous vacillons, comme un somnambule au bord de l’abîme. Mais l’irrévocable ne s’est pas encore produit. Nos chances restent intactes. Prions que l’homme puisse s’en saisir et apprenne à vivre avec son prochain.

      Malgré le cynisme pervers qui est propagé par les démons génocidaires, je me permets de dire: oui, il existe un travail qui rend libre. Il est enraciné dans l’éducation, dans la science, dans la culture et surtout dans la fraternité et la paix.

      *Samuel Pisar est avocat international, auteur de l’ouvrage Le Sang de l’espoir. 

      Source

     1. Le Monde

About these ads
This entry was posted in Stories of Life and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s