A Cuba, une minute de gloire sur le Web coûte 2 ans de prison


Par Carlos A. Paranagua

Une minute de gloire sur Internet a coûté cher à un clochard de La Havane. Juan Carlos Gonzalez Marcos, dit “Panfilo”, a été condamné à deux ans de prison ferme pour “dangerosité prédélictuelle”, une qualification très floue prévue par le code pénal cubain. Jeudi 10 septembre, la cour d’appel a ratifié la sentence. Aux yeux des autorités, il a commis le délit impardonnable dans un contexte de pénuries persistantes de dire que les Cubains ont faim.

L’affaire remonte au mois de mai. Panfilo, un Noir de 48 ans, avait alors fait irruption sur le tournage d’un vidéoclip, hilare et à l’évidence ivre. “Ici, ce dont nous avons besoin est de jama (bouffe), avait-il lancé en argot local devant la caméra. Nous avons une faim terrible !” Les 80 secondes de son improvisation avaient été mises en ligne sur le site YouTube, avec un succès fulgurant, attirant près d’un demi-million d’internautes.

Par la suite, Panfilo avait plus ou moins rectifié le tir, toujours sur Internet, avant d’avouer qu’il était en bisbille avec la police. Le 4 août, il a été arrêté puis déféré, le 12 août, devant la justice. Le tribunal n’a pas voulu tenir compte des arguments de la défense plaidant l’alcoolisme et la nécessité d’un traitement. Le procureur a souligné que le prévenu “ne travaillait pas pour l’Etat” depuis dix ans, signe de son caractère antisocial.

Fin août, Jorge Salcedo, un photographe cubain exilé à Boston (Etats-Unis), a lancé un site sur Internet pour réclamer la liberté de Panfilo. A La Havane, la Commission cubaine pour les droits de l’homme et la réconciliation nationale (non reconnue par les autorités) estime que Panfilo est un “prisonnier de conscience”, condamné pour étouffer les expressions de mécontentement des Cubains.

La blogueuse cubaine Yoani Sanchez a pris la défense de cet “antihéros” : “Dans une société marquée par la criminalisation des opinions, même les fous et les enfants ne disent plus ce qu’ils pensent, juste les ivrognes.”


Source

1. Français – Le Monde

2. Spangnol – Jama y Libertad

About these ads
This entry was posted in Central America. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s